LE LEADERSHIP ALLEMANDS SUR LA FILIERE BOVINE EN EUROPE

LE LEADERSHIP ALLEMANDS SUR LA FILIERE BOVINE EN EUROPE

 26/03/2014 :  LEADERSHIP ALLEMANDS SUR LA FILIERE BOVINE EN EUROPE


La grande compétitivité de l’Allemagne dans la filière bovine par rapport aux autres pays de l’Union Européenne se repose sur une politique nationale régi par son orientation axée non seulement dans la spécialisation du lait mais aussi dans la préservation de la mixicité de son cheptel (lait/viande). En effet, elle est le premier pays producteur en Europe de lait/viande bovine, mais elle continue d’importer à auteur de 30% pour sa consommation. Ainsi, elle arrive à maîtriser le taux de son cheptel et d’autres facteurs clés comme la rémunération, etc.

Avant de voir points par points ses facteurs de croissance et de leadership dans la filière bovine voyons déjà les points communs avec les autres pays de l’UE mais aussi ces faiblesses :

Points communs : les charges sociales et la règlementation sur le dépistage sont identiques et la directive nitrate touche peu d’agriculteurs ce qui fait que pour le moment le coût global est très proche celui de la France (UE).

Faiblesses : le manque de mains d'œuvres (d’origine hongroise, tchèque et polonaise), la concurrence de la filière laitière avec  la production de bioénergie (biogaz) et des  grandes  cultures sont de plus en plus des freins réels à la croissance.

 


THEMES DE COMPARAISONS

ELEENTS DE DIFFERENES

Rémunération

Sous-rémunération des employés : 7.5€ à 10€/heures en 2007 (60% sont des étrangers dans le secteur de l’abattoir)

Renouvellement

Mode de succession privilégiée pour l’héritier (installation, investissement, agrandissement)

ENR

Politique tournée vers la production d’ENR : aide à l’installation (TVA), gain sur la production de biogaz, gain de 0€ à 4€/T  de lait produit

Règlementation

Beaucoup plus souple dans l’application de la règlementation  : EST, au seuil d’installation classée (- de travail), aides à l’investissement agricole (non plafonnées)

équarrissage

Partenariats qui élève le prix  de l’exploitation à + de 35% (France)

 

 

Une bonne traversée de la crise de 2009 (maintient de la production de 2007 à 2011) à permis aux Allemands de renforcer leur production qu’ils ont aussitôt réinvestis surtout dans la transformation. A priori, l’Allemagne a une longueur d’avance sur tous les autres pays de l’UE jusqu'en 2015 (l’ambon du quota) et même sur le moyen terme (2020).